Trouvez votre âme soeur!
Vous êtes membre? Connectez-vous >

Les fondamentaux pour réaliser un mariage hallal

Pour faire de votre mariage hallal le plus beau jour de votre vie, voici quelques astuces à appliquer pour ne rien oublier et faire en sorte que la cérémonie se déroule selon les lois musulmanes.

Bien choisir son époux

Pour qu’un mariage arabe puisse avoir lieu, les deux époux doivent remplir quelques critères obligatoires.

En ce qui concerne le marié, il faut que:

- Il soit de confession musulmane

- Il fasse sa demande à sa belle sans l’y obliger

- Si le futur époux n’est pas musulman, il doit se convertir à l’islam pour pouvoir épouser une jeune femme arabe. Pour ce faire, il doit suivre un enseignement religieux pendant de nombreux mois à l’issue duquel on lui remettra un certificat de conversion.

Bien choisir son épouse

En ce qui concerne la mariée, cette dernière doit:

- Donner son accord pour se marier

- Etre ou non de confession musulmane. Si elle ne l’est pas, elle doit obligatoirement être de confession juive ou chrétienne. En dehors de ces deux religions, elle ne pourra pas épouser un musulman. Si c'est une femme musulmane, elle ne peut épouser qu’un musulman

Et si la future épouse n’est pas musulmane?

Si la jeune femme est de religion monothéiste, elle peut garder sa confession pendant le mariage, mais les enfants du couple doivent tous grandir dans la confession musulmane. Si le couple divorce, elle ne pourra avoir la garde de ses enfants et ne pourra pas hériter de son époux. Les enfants seront alors confiés à une parente musulmane. Ces conditions n’ont pas lieu d’être si la jeune femme se convertit à l’islam suite à son mariage.

Pour accélérer les choses...

Avant que la cérémonie religieuse du mariage musulman ait lieu, il faut que le mariage civil ait été réalisé. D’ailleurs, si l’union est célébrée en Europe, la mairie exige la présentation du certificat du mariage civil.

Agir en fonction des statuts maritaux de chacun

Si les deux futurs époux sont célibataires, consentants et répondent aux critères religieux et moraux exigés par la tradition musulmane, le mariage peut être célébrée. Dans le cas où ils sont tous deux divorcés ou que la femme soit divorcée, il faudra respecter un délai de viduité.

Ce délai est de trois mois et doit intervenir après la dissolution du premier mariage de la future épouse. C’est le temps nécessaire pour s’assurer que la jeune femme ne soit pas enceinte de son ex-époux. Si tel est le cas et que le couple décide quand même de se marier, leur union ne pourra avoir lieu que lorsque la femme divorcée aura accouché.

Le délai de viduité est aussi valable pour une veuve, mais cette fois-ci, il devra durer quatre mois et dix jours.

Bien choisir le tuteur de la mariée

Lorsque la jeune mariée est vierge, ses parents choisissent généralement son futur époux, mais ces derniers ne peuvent l’obliger à l’épouser si elle ne donne pas son consentement. Si elle y consent, un contrat de mariage est établi entre le futur époux et le tuteur de la jeune femme. Le tuteur doit obligatoirement être musulman. Le plus souvent, il s’agit du père de la jeune femme et lorsque ce dernier ne peut remplir ce rôle, le choix du tuteur doit suivre l’ordre suivant:

- Le père

- Le grand-père paternel

- Le frère à condition qu’il soit du même père et de la même mère que la mariée

- Le frère du même père

- Le neveu

- L’oncle paternel

- Le cousin: le fil de l’oncle paternel

Aucun membre de la famille maternelle ne peut remplir le rôle de tuteur.

Connaître les conditions fondamentales pour le mariage

Pour célébrer un mariage hallal, il faut que:

- Le tuteur de la femme soit présent

- Deux témoins aux mœurs irréprochables et musulmans soient présents pour l’épouse. L’époux n’a pas besoin de témoin

- Un imam soit présent pour lire la Fatiha

- Le futur époux dépose la dot ou le mahr

Prévoir les témoins

Le témoin est généralement le père de la mariée ou bien son frère ou son oncle. Si aucun d’entre eux ne peut être présent, elle devra prévoir douze témoins issus de la famille proche pour que le mariage soit légitime.

Connaître les traditions

Le mahr doit être versé à la future épouse et à elle seule. Ni ses parents, si on tuteur ne pourra y toucher.

Pour se marier entre musulmans, la Fatiha qui désigne la sourate doit être prononcée par un imam. Tout au long du mariage, elle doit être récitée sans interruption. C’est elle qui rend légitime le mariage entre les deux époux.

Et la fête?

Et après la cérémonie religieuse, on passe à la fête. Celle-ci dure parfois plusieurs jours en fonction des familles. Lorsque la cérémonie se déroule dans les pays musulmans, les festivités ont lieu le jeudi et le vendredi contre le samedi et le dimanche hors pays musulmans.

Tout au long de la fête, la mariée doit changer sept fois de tenues et le marié peut en faire de même. Les hommes et les femmes font la fête dans des salles séparées.

Le blog.

A propos           Conditions d'utilisation           Confidentialité           © UneRencontreMusulmane.com 2017